Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2019

Facteur Cheval : Le retour

Surprise ...!!! Pour lire REGARD MAGAZINE  Cliquer sur  https://fr.calameo.com/read/0015214800564482b3549

coco,peintre,facteur cheval,palais Idéal,Regard Magazine,Hauterives,portraits,coco peintre

 Le célèbre portrait de Ferdinand Cheval réalisé par Coco lors de son Expo à Hauterives en 1987 réapparaît en première de couverture de REGARD MAGAZINE distribué à 40 000 exemplaires sur l'Ardèche et la Drôme . On découvre un article sur le Film de Nils Tavernier "l'Incroyable histoire du facteur Cheval" et sur le Palais Idéal. A la lecture de l'Edito en page 3 "Le Facteur Cheval mérite plus qu'une toile" on découvre Marie Claude Berthon née Duclap en juillet 1950 à la Voulte sur Rhône (Ardèche) allias "Coco peintre du facteur Cheval".

On notera une erreur au troisième paragraphe "Au fil des décennies, elle a ainsi produit une collection d'une trentaine d'huiles sur toile"... Il faut lire "En une trentaine de jours elle a ainsi produit une collection d'une trentaine d'huiles sur toile".

Coco est une autodidacte qui spontanément à la rencontre d'une photo noir et blanc d'un portrait du facteur s'est mise à peindre fascinée sans doute par son regard . "La couleur en plus" sera le titre de l'exposition à Hauterives de 1987. Effectivement l'ensemble des toiles sera peint à partir de documents noir et blanc existants que Coco interprétera à sa manière retraçant cette saga familiale singulière et naïve. 

 Comment tenter d'expliquer ce pousse à peindre de Coco sous l'emprise du regard de l'illustre bâtisseur ? L'admiration de son grand-père, facteur rural de Saint Marcel d’Ardèche décédé en janvier 1978? Notre rencontre juste à cette époque ? Sa profession d’esthéticienne ? La redécouverte du Palais Idéal ? Le décès de sa sœur aînée en 1985 ?                                                                                                                                                        Tous ces éléments personnels contribuent-ils étrangement à déclencher une projection sur la vie sentimentale supposée de Joseph Ferdinand Cheval? Je peux témoigner que la découverte de l'ouvrage de Clovis Prévost "Quand le rêve devient réalité", découvert "miraculeusement" dans une solderie à Valence Drôme, va révéler cette transposition affective. La découverte de l'histoire fascinante du rêve solitaire du facteur ,"architecte d'une vie de labeur ", trace un chemin sans fin parsemé de décès intimes et touche au cœur notre "peintre coloriste ".

Le naissance d'Alice-Marie-Philomène Cheval le 11 octobre 1879 survient au début de la réalisation du "rêve" de Cheval. Il a 43 ans. Coco peindra "La famille " Alice sur les genoux de son père avec sa mère Marie Philomène. Il est vrai que comme toutes les photos noir et blanc d'époque (qui servent de modèle à Coco) les pauses et visages apparaissent austères. Mais on ressent fortement la présence centralisée d'Alice dans le tableau peint de Coco par le choix de la couleur jaune clair. Lorsque Coco délaisse les portraits et tente les scènes de genre et l' illustration du Palais on découvre un tracé proche de la BD. Pourtant quand elle peint Alice au Palais elle choisit une toile de petit format. Le tracé est carré, rude et Alice floue, disparaissant comme impossible à peindre ... la mort rôde sur ce Palais et dans son cœur. De la petite fille choyée par ce grand père elle devient cette sœur perdue à jamais ... mais seuls les pinceaux pourraient nous livrer les secrets de son âme, de cette révélation illustrée ... de cette Collection unique et singulière. 

Claude Louis Berthon

 

 

 

 

Écrire un commentaire